La 25è heure

 


Auteur : Feldrik Rivat                                     
Edition : l'Homme sans nom
Pages : 436
ISBN : 978-2-918541-20-2

Quatrième :

Décembre 1888. Alors que le bon peuple de Paris s'interroge sur cette tour que l'impérieux Gustave Eiffel fait édifier à grands frais, d'étranges rumeurs circulent dans les faubourgs de la capitale : les morts parlent !
Interpellé par la presse à ce sujet, le préfet de police M. Henry Lozé tourne en ridicule "les plaisanteries de quelques coquins". Ainsi parle-t-il devant le beau monde, sous les feux électriques du parvis de l'Opéra Garnier. Mais, depuis l'ombre de ses cabinets, l'homme lance sur cette affaire les plus fins limiers de la République.
Pendant ce temps, l'Académie des sciences en appelle à ses éminents savants pour que la pensée rationnelle, une fois pour toutes, triomphe des ténèbres de l'obscurantisme.
Entre science, ésotérisme et enquête policière, cette aventure revisite l'histoire des inventions de la fin du XXème siècle en leur prêtant de bien sombres desseins...

A priori...

C'est l'histoire d'une rencontre inattendue, dans le magasin où j'ai mes habitudes... mais cette fois-ci il y avait un auteur, Feldrik Rivat, qui m'a longuement entretenue de son œuvre. Je tournais autour de ses livres depuis quelques temps déjà, sous le charme des couvertures, mais l'entendre parler avec tant de passion a fini de convaincre. Ce qui a précisément fait pencher la balance ? Il m'a dit avoir été arquéologue avant d'écrire, et que la rigueur de se métier lui a servit : pour bien travailler ses personnages, les décors et redonner vie au Paris du XXème siècle, il a fait des recherches poussées.
Ça donne envie, n'est-ce pas ?

Au fil de la lecture :

Le récit : Le livre s'ouvre sur une préface originale. Un vieil homme reçoit chez lui le biographe qui a couché sa vie sur papier. C'est alors que le biographe commence à en faire la lecture... L'histoire commence alors avec deux personnages, Eudes Anatole Lacassagne, un homme taciturne et solitaire, et Louis Bertillon (le vieillard du début) fraichement diplômé et assistant du premier. La première enquête de ce duo improbable est des plus étranges... un cadavre a disparu ! L'affaire semble simple, jusqu'au moment la veuve cherche à se débarrasser des deux enquêteurs. Petit à petit, les indices s'accumulent, se multiplient dans Paris, et sont les mêmes d'une disparition à une autre.... et alors l'intrigue policière se mêle au surnaturel.
Je n'ai pas réussi à faire des liens pendant les premières pages, mais il faut croire que je deviens une lectrice de plus en plus patiente : je ne cherchais pas à avoir à tout prix le mot de la fin, non, j'étais trop emportée pour cela ! Le cadre et les personnages contribuent à une réelle aura de mystère. Paris est sous une épaisse couche de neige, Lacassagne cache ses idées sous son haut-de-forme. Non seulement l'enquête prend sens page après page, mais tu vas aussi découvrir plus en détail  un Paris aux légers airs steampunk, et apprendre les secret de l'agent spécial Lacassagne. Ce premier tome se clôt sur de très grosses révélations, sans pour autant te dévoiler tous les tenants et aboutissants, et le retournement final... te laissera sans voix !
Les personnages : J'ai clairement adoré Lacassagne, dit le Khan, un héros original et avec une histoire très touchant. Ni bon ni mauvais, ce n'est pas le genre de personnage auquel je suis habituée, et c'est bien ce qui m'a fait craquer pour charismatique enquêteur. Pour ce qui est de Louis Bertillon, il est le total opposé de son mentor, et va changer à son contact... Mais ma préférence reste à coups sûrs pour Lacassagne, un homme, un vrai ! Le dernier point positifs : tu retrouveras de nombreux personnages réels, surtout de grands esprits qui ont marqué le XXème siècle, et ils confèrent un peu plus de véracité au récit, aident à bien l'ancrer.
Le style : J'ai été très étonnée par le plume de Feldrik Rivat, et j'en suis ravie. Côté fantasy française, je n'avais pas encore trouvé de plume à mon goût, et ai souvent été déçue, mais voilà qui me réconcilie avec la fantasy française ! Quelques redondances sont certes à déplorer, mais le style reste travaillé, et j'ai réellement senti tout le travail de fond réalisé. Enfin, ben que je ne sois pas très fan des intrigues policières, je dois dire que celle-ci est rondement menée et les informations (nouveaux indices, révélations, nous personnages...) sont très bien dosées de telle sorte à rester dans un suspens ambiant, sans te lasser pour autant. 
 

L'objet livre : 

Je ne connaissais pas encore les éditions de l'Homme sans Nom, et je dois dire qu'ils mettent le paquet ! La couverture est magnifique, légèrement veloutée au toucher... et le travail ne s'arrête pas là. Chaque chapitre s'ouvre avec une en-tête stylisée, un peu steampunk, avec engrenages, volutes etc. et sont disséminés, par-ci par-là, quelques caducées pour délimiter le changement de point de vue. Le format aussi est original, entre le livre de poche et le grand format. En bref, c'est un très beau travail qui a été fourni, et qui en fait un petit livre bijoux.

Ce qu'il m'en restera...

Un livre qui 'a cloué le bec ! J'ai dévoré chaque page avec un réel plaisir, et j'ai tout simplement hâte de lire la suite pour encore mieux comprendre les personnages, et enfin avoir l'élément de résolution !

Commentaires