Le Hobbit

 

Auteur : Tolkien                                       
Illustrateur : Alan Lee
Edition : Christian Bourgois
Pages : 303
EAN : 978-2267024029

Quatrième :

Bilbo, comme tous les hobbits, est un petit être paisible qui n'aime pas être dérangé quand il est à table. Mais un jour, sa tranquillité est troublée par la venue d'un magicien nommé Gandalf, et de treize nains barbus qui n'ont qu'une idée en tête : récupérer le trésor de leurs ancêtres, volé par Smaug le dragon sur la Montagne Solitaire. Suite à un malentendu, Bilbo se retrouve malgré lui entraîné dans cette périlleuse expédition.

A priori...

Cette histoire est celle de tous les amateurs de fantasy : lire un Tolkien, c'est un instant de bonheur incomparable, c'est un voyage dans un autre monde, c'est un rêve éveillé... Alors je l'ai pris en mes mains avec des étoiles dans les yeux, je l'ai serré fort contre mon cœur, en rêvant, avant même de l'ouvrir, à toutes ces belles promesses. 
Oui je serre mes livres contre moi, oui je les snife, et oui, je suis un peu folle !

Au fil de la lecture...

Je me suis laissée emporter dès les premières pages. C'est bien simple : Tolkien me transporte, m'envoute. Avec lui, je sais que je vais réellement pouvoir me déconnecter de la réalité. Alors retrouver sa plume me fait un effet fou. J'ai tout de même trouvé ce roman-ci différent du Silmarillion et du Seigneur des Anneaux. Ici les actions s'enchainent plus vite, le rythme est bien plus soutenu. J'ai trouvé que cette cadence s'adaptait bien à l'histoire : l'intrigue est plus recentré, le roman plus court, il ne fallait donc pas s'attarder sur les détails ! J'ai également remarqué que cette lecture était plus simple que les deux autres mastodontes, donc ç'a été une lecture un peu plus "détente".  
Tu as dû remarquer dans la description que j'ai une édition illustrée. Il en est de même pour mon Silmarillion, et je dois te le dire l'ami.e. : les éditions Christian Bourgois font du très beau travail ! Qui dit édition illustrée dit livre relié, le titre est très joliment doré, et les pages glacées... Le grand format rend aussi la lecture plus agréable. Dans le Silmarillion, les illustrations sont faites par Ted Nasmith et je dois avouer que j'avais eu un réel coup de cœur pour son travail. Un coup de pinceau délicat, des couleurs très feutrées, et il illustrait essentiellement les paysages plus que les personnages. J'ai été un peu surprise de voir que illustrations du Hobbit étaient cette fois en noir et blanc, et sur le coup, j'ai un peu moins aimé le style d'Alan Lee. J'ai fini par apprécier son style plus concis  : il n'y a pas ici de "grands tableau" comme dans le Silmarillion, mais plutôt des esquisses, et ça rejoint finalement le rythme plus soutenu de la narration. Les esquisses se glissent plus furtivement et plus fréquemment, comme des petits trésors sur la route de nos héros.


Ce qu'il m'en restera...

J'ai légèrement préféré le style du Seigneur des Anneaux, mais je garderai tout de même un excellent souvenir du Hobbit, un vrai bijou ! Il est un bon compromis entre l'univers emblématique de Tolkien et  une pause lecture simple et efficace... un bouquin très agréable, à ressortir pour le plaisir !

Commentaires