Le poisson-scorpion

                                                           
 
Auteur : Nicolas Bouvier
Edition : Grasset

Pages : 175
ISBN : 9782070394951

Quatrième :

 Ce pourrait être le récit d'un séjour exotique, c'est le voyage intérieur d'un homme arrivé à Ceylan après un long périple, pour achever le voyage intérieur au bout de lui-même. Le narrateur fait lentement naufrage, enlisé dans la solitude et la maladie, frôlé par la folie. Et là, sous l'œil indifférent des insectes qui se livrent autour de lui à d'effroyables carnages, et des habitants qui marinent dans la chaleur comme un sombre bestiaire fainéant, l'auteur reconstruit, avec patience et ironie, un monde luxuriant et poétique. Au fil des chapitres, il observe et nous apprend à voir le spectacle mystérieux de ce monde des ombres d'où émergent d'étonnants portraits. Ainsi le lecteur participe à une sorte d'envoûtement dans ce récit bourré comme un pétard d'humour, de sagesse et d'espoir. 

 

A priori...

Il m'a tout simplement été offert par une amie en qui j'ai une confiance aveugle : elle est un réel modèle à mes yeux, donc après qu'elle me l'ai conseillé ET offert, je ne me suis plongée dans ce petit bouquin tête baissée...

Au fil de la lecture...

Au début j'ai eu du mal : je ne suis pas du tout habituée aux carnets de route ou récits de voyage, et celui-ci est déroutant ! On commence in medias res ( à tous ceux qui ont pensé, en cours de français, qu'on ne réutilise jamais ce mot... je vous salue ! ) et notre cher Nicolas est déjà fatigué de son voyage. Je m'attendais à un récit précis de ses jours, des descriptions de tout ce qu'il a vu... Non, tu voyages avec lui selon le fil de sa pensée. Il ne retient finalement que les moments marquants et ceux qui prêtnt à réflexion, qui l'on amené à réfléchir sur lui, sur l'Homme, sur le monde. Et comme je te l'ai dis, il est déjà en piteux état quand le livre commence ! 
Pour qui a toujours idéalisé le voyage, ç'a été un petit choc. Et c'est pour cela, qu'une fois que j'ai compris le style de Bouvier et comment il avait écrit, j'ai pu adorer ce livre. Il m'a fait réfléchir, il a bousculé mon train-train habituel, il m'a faite sortir de mes clichés. Après une petite trentaine  de pages, j'ai apprécié cet auteur, j'ai eu l'impression de converser avec un ami, et il m'a même arraché quelques sourires ! Il faut dire qu'il a un regard très mordant sur ce qui l'entoure. J'ai alors compris que, malgré ce qu'on peut en penser, c'est le genre de roman avec lequel on peut se relâcher : même si la vision de l'auteur peut sembler compliquer au premier abord, je pense qu'il faut se laisser aller pour le suivre... Ne cherche pas à calquer des schémas classique à cette œuvre qui sort du commun ! 
Mais il ne s'agit pas que de réflexions élevée... C'est bien un récit de voyage dans ce que l'auteur nous livre de son expérience : elle est douloureuse, la chaleur est accablante, il est malade, il ne sait que faire. Ce ne sont pas des vacances, c'est presque une épreuve mentale et physique. Ici, j'ai eu l'impression qu'il s'agissait pour le petit Nicolas de tester ses limites.


Ce qu'il m'en restera...

J'en garderai un excellent souvenir, celui d'un livre qui dénote dans ma bibliothèque, un livre original et qui m'a moi-même permis de me questionner. Ladite amie qui me l'a offert m'a dit que si j'ai aimé le Poisson-scorpion, j'aimerais aussi les Chroniques Japonaises... Un nouveau livre dans ma wishlist !

Commentaires