Le lit d'Aliénor, Tome 1

                          Auteure : Mireille Calmel
                          Edition : Pocket
                          Pages : 416
                          ISBN : 978 2 266 12687 8


Quatrième : 

 A douze ans à peine, l'avenir d'Aliénor est tracé.
Elle doit épouser le fils de Geoffroy le Bel, le jeune Henri, prétendant légitime au trône vacant d'Angleterre. Par cette union, la jeune duchesse d'Aquitaine apporte à l'ennemi juré de la France l'une des plus riches régions du royaume. Louis VI ne peut se résoudre à voir triompher les plans de Mathilde de Grimwald, descendante de Merlin et protectrice du pays des druides. Soutenu par l'ordre des Templiers chrétiens, le roi cherche à rompre cette alliance.
La mort prématurée du père d'Aliénor lui offre une occasion inespérée. Le 25 juillet 1137, Louis célèbre le mariage de son fils avec la duchesse d'Aquitaine. Aliénor doit regagner la cour à Paris. Mais elle est accompagnée d'une jeune suivante, Loanna de Grimwald, qui veillera à ce que jamais Aliénor ne donne un héritier à la couronne de France et scelle ainsi une union contraire aux oracles celtiques.

A priori...

J'ai commencé ce livre sous des conseils avisés, et puis c'est un roman historique, donc un bon moyen d'apprendre tout en se délectant ! Mais surtout, ce qui m'a donné envie, ce sont les liens avec la matière de Bretagne...

Au Fil de la lecture...

Bon l'ami.e., j'envoie la douloureuse dès le début, ça vaut mieux non ? J'ai été un peu déçue... J'ai pourtant trouvé le début plutôt pas mal ! J'étais même ravie parce que le lien avec l'histoire de Merlin était plutôt bien fait : notre héroïne, Loanna, est sa seule descendante, et du coup, jackpot, elle a le droit à quelques dons (je n'en dirai pas plus !). Tout cela pimente un peu l'histoire, instaure une aura de mystère sans être totalement invraisemblable, donc très bon point ! Mais, j'ai vite trouvé le récit très répétitif. Tout tourne autour du questionnement de Loanna, sur son devoir envers son roi, son devoir envers Aliénor, et celui envers sa lignée... Elle ne cesse de se demander aussi si elle peut ou non vivre son grand amour... Bref, les principaux thèmes sont vites exposés et toujours repris, sans approfondissement. 
Et là tu te dis surement, "euh, et Aliénor dans tout ça?" Ah oui, c'est vrai, le personnage éponyme... Je ne l'ai pas aimée... Certes Aliénor est connue en partie pour avoir eu des relations olé olé, mais quand même... Il y a des fesses à l'air toutes les deux pages ! Moi qui m'attendais à voir la grande Aliénor, la mécène, me voila face à une jeune femme insupportable, au caractère enfantin et capricieux, et complètement dévergondée, quelle déception.  Et ne t'attend pas à voir du changement, tout tourne autour de ce caractère jamais satisfait. 
A ce qu'il paraît, il n'y a jamais deux sans trois... Donc, voici le troisième problème que j'ai rencontré : le style n'est pas "régulier". A certain moment, tu sentiras que Mirelle Calmel a voulu se concentrer sur les faits historiques, et alors le ton change complètement. Ces passages son plus plat, trop linéaire, presque comme un manuel d'histoire. La lecture est donc en dents de scie et j'ai parfois décroché. 
Je dois avouer tout de même être très attachée au personnage de Jaufré, le chéri d'amour de Loanna. Ce personnage est très attachant, très touchant. Il est beaucoup plus sensible que les autres, et un peu mieux travaillé. Bon il a aussi un caractère redondant : il larmoie un peu trop, et dépérit de ne pas voir Loanna. Mais c'est un personnage qui a su m'étonner autant que m'attendrir, c'est mon petit chouchou !

Ce qu'il m'en restera...

Bon malgré cette fin très mitigée, je retiens que le début était intéressant et j'ai encore des attentes à combler. J'accorde donc à ce premier tome le bénéfice du doute, et je lierai le second ! Mais mes exigences sont très élevées. J'espère que ce premier volet ne servait qu'à mettre l'intrigue sur les rails et que le tout prendra un bon coup d’accélérateur par la suite !

 

Pour conclure : 

Les plus : l'aura un peu mystérieuse par passages, l'apport culturel (découvrir les troubadours), Jaufré
Les moins : un style pas assez régulier à mon goût, des longueurs et des redites

Commentaires